Next-gen et jeux d’occasion : la guerre est déclarée

Alors que la plèbe attendait impatiemment les nouvelles consoles de salon de Microsoft et de Sony pour l’E3 dernier, c’est avec une certitude quasi-totale que ces deux constructeurs lanceront leur nouvelle machine cette année. Et étonnement, c’est Sony qui semblerait ouvrir le bal dans la nuit de mercredi à jeudi lors d’une conférence à New York dont tout porte à croire qu’elle tournera autour de l’hypothétique Playstation 4. On se souvient pourtant du discours de la firme nippone qui insistait sur le fait que la Playstation 3 était là encore jusqu’en 2017. Cela dit, l’un n’empêche pas l’autre…

Ces futures consoles risqueraient de plus supporter les jeux d'occasion

Go go, les badauds.

Bien entendu, les rumeurs les plus folles n’ont pas attendu les confirmations officielles des constructeurs pour se répandre sur la toile. Outre les spécificités techniques ou encore le design des futures consoles, d’autres dires circulent sur le net bien moins enthousiasmants… Pass online pour l’intégralité des jeux, connexion internet permanente, exemplaires de jeux liés aux machines; tout laisse présumer que Sony et Microsoft comptent rentrer en guerre contre le marché de l’occasion dans un futur proche. Peut-être pas pour la prochaine génération, mais après tout pourquoi pas…?

La fin de l’occasion : les conséquences.

Rappelons que selon une étude GfK réalisée mi-2012, 29% des jeux consoles de salon achetés par les joueurs étaient d’occasion. La majorité des consommateurs se fournissent donc via le neuf, avec un écart de prix pourtant élevé mais qui comporte néanmoins l’avantage d’obtenir les jeux dès leur sortie. Personnellement, je me fournis en très grosse majorité via l’occasion, bien qu’il m’arrive d’acheter des jeux neufs mais cela reste assez rare, surtout au prix de 70€. Pour donner un ordre d’idée, sur cette génération, je n’ai acheté que deux jeux à ce prix là : Grand Theft Auto IV et Skyrim…

Mais concrètement, si demain, le marché de l’occasion venait à s’éteindre, que cela engendrait-il ? La mort des boutiques de jeux vidéos ? Pas forcément. Il est clair que les chaînes de magasins spécialisés telles que Micromania, Cine Games ou encore Game (bien que ces derniers soient déjà en voie d’extinction) vont en pâtir. Etant donné qu’elles ne proposeront plus que des jeux neufs, elles n’auront plus réellement lieu d’exister puisque les jeux seront disponibles en Fnac ou encore en grande surface. En revanche, les boutiques rétros ne seront pas réellement touchées, puisque les jeux actuels ne représentent pas la totalité de leur chiffre d’affaire. Le mécontentement de certains joueurs risquerait même de les pousser à se tourner vers un autre temps : celui où l’occasion existait encore. De plus, avec la mort des grandes enseignes, ce seront les seuls survivants dans leur domaine, se retrouvant ainsi en situation d’oligopole. C’est l’un des scénarios probables, bien évidemment, rien n’est écrit à l’avance et il faudra attendre le moment venu pour constater de la tournure des évènements. Ce qui est tout aussi déplorable, c’est la possibilité qu’à l’avenir, il deviendra impossible de prêter ses jeux, ce qui ne manquera d’en agacer plus d’un.

Dans l’ensemble, le Jeu Vidéo perdra ainsi de sa convivialité, que ce soit celle des boutiques mais aussi dans le cadre extra-pécuniaire. Ne plus pouvoir prêter un jeu à un ami renfermera un peu plus les joueurs…

Un risque pour les éditeurs.

Ceci étant dit, l’assassinat du marché de l’occasion ne représente pas que de bons côtés pour les éditeurs. Certes, ce marché représente pour eux un manque à gagner puisque rien ne leur est reversé lorsqu’un jeu est acquit par ce biais. Cependant, cela pourrait d’une part, inciter au boycott de la plupart des joueurs, insatisfaits de cette nouvelle politique qui a déjà suscité un fort mécontentement partout sur la toile. Mais cela impacterait également les ventes de jeux neufs; la revente de jeux d’occasion servant aussi de refinancement dans le but d’acquérir un titre neuf. Supprimer cette possibilité reviendrait pour les éditeurs à se tirer une balle dans le pied en espérant pouvoir avancer plus vite qu’auparavant. Voilà pourquoi certains restent réticent à cette éventualité, sachant très bien qu’ils y perdront peut-être au change…

Enfin, un dernier point. L’occasion est aussi une opportunité de découverte à moindre coût pour les joueurs. Je m’explique via un exemple concret. Un joueur voudrait acheter un titre qui sortira prochainement, admettons que ce soit le prochain God of War. Le hic, c’est que ce joueur ne connait pas la série, il va donc essayer de se procurer un épisode antérieur pour se faire une idée. Hors, si celui-ci est impossible à trouver en occasion, il devra prendre le risque d’acheter le prochain à sa sortie et à plein tarif en ne sachant pas de quoi il en retourne. Le joueur se retrouvant dans cette situation pourrait alors ne pas se risquer à investir une grosse somme dans une licence qu’il ne connait pas… Le marché de l’occasion a donc aussi un rôle de guide d’achat pour les futures sorties.

En conclusion.

Je terminerai par ce que moi je ferais dans la pire des éventualités, à savoir la fin de l’occasion dès la prochaine génération de consoles. Ce dont je suis certain, c’est que je n’achèterais aucune console next-gen dès sa sortie. Reste à savoir si je pourrai craquer par la suite… Et bien il y a de fortes chances que non. Le Jeu Vidéo étant déjà tellement vaste, comportant aujourd’hui des milliers de titres sur un nombre impressionnant de machines différentes, que je pourrais parfaitement me contenter de l’étendue des jeux disponibles. De Pong à la Wii U, du chemin a été parcouru et le nombre de bons jeux est désormais presque incalculable. J’en aurais assez pour toute une vie de gamer. En prime, seul Nintendo semble ne pas se montrer agressif envers l’occasion, sans doute parce que le Jeu Vidéo représente l’intégralité de l’activité de la compagnie et n’est pas une filiale parmi tant d’autres comme c’est le cas de Sony et Microsoft; le risque de saboter leur secteur serait alors trop grand. Rien ne m’empêcherait donc pour un moment de jouer à des jeux d’actualité; certes uniquement sur console Nintendo mais dans la mesure où il demeure mon constructeur fétiche, cela ne m’importunerait guère…

Voilà donc ce que pourrait être l’avenir proche du Jeu Vidéo. Nous aurons déjà une première idée de ce qu’il sera réellement dès mercredi soir avec l’annonce de la Playstation 4, bien que cela m’étonnerait assez que Sony aborde ce sujet, de peur d’être gratifié d’une huée générale de la part des spectateurs et des joueurs. Wait & See…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s