Gex : Enter the Gecko (N64)

Quelques-uns se sont tortillé l’esprit, à l’instar du lézard présent dans la vidéo indice du test, pour deviner de quel jeu j’allais faire le test, mais un seul a réellement trouvé ! Félicitations à Quentin qui n’a visiblement pas eu à se forcer pour dénicher ce soft puisqu’il a apporté sa réponse après seulement quelques minutes de la mise en ligne de l’indice. Tu n’as rien gagné si ce n’est une mention dans ce test et la reconnaissance éternelle de ta culture vidéoludique et de ton esprit de déduction. Peut-être y aura-t-il dans le futur des cadeaux à gagner à chaque première bonne réponse, cela dépendra de vous et de la popularité que pourrez m’apporter ! Je compte sur vous ! 

Editeur : Midway

Développeur : Crystal Dynamics

Type : Plates-formes / Action

Sortie : 1998

A la suite des deux sympathiques Pandemonium 1 & 2, le studio Crystal Dynamics, que l’on connait désormais pour les derniers Tomb Raider dont ils ont repris le flambeau depuis 2006 en laissant de côté son studio originel Core Design; nous ressort une vieille franchise datant de la 3DO : Gex !

My name is Bond, Gex Bond.

Un an après le raz-de-marée Super Mario 64, Gex se risque lui aussi au passage à la 3D. Pour ceux qui ont connu cette époque, les souvenirs sont mitigés car cette période a vu passer un nombre impressionnant de très mauvais jeux et le massacre de licences non préparées à un tel changement de paradigme. Ici, c’est tout le contraire, Crystal Dynamics a parfaitement su gérer cette transition. 

On contrôle donc Gex, un gecko aux allures de James Bond qui a du pain sur la planche car l’infâme Rez, son ennemi de toujours, a pris le contrôle du royaume de la télévision afin de le détruire. Car oui, Gex est un lézard mais il n’en demeure pas moins un américain dont l’activité favorite est de rester affalé dans son canapé devant son écran de télé. Il va donc nous falloir empêcher Rez de nuire en voyageant à travers une dizaine de programmes TV déclinés en 26 niveaux. Ce scénario paraît complétement capilotracté mais quand on a 10 ans, ça a du sens. Néanmoins, vous ne pourrez prendre connaissance de l’histoire que si vous possédez la boîte du jeu car lorsque vous démarrez Gex 64, vous êtes directement catapulté dans la salle des niveaux sans une once d’explication. Graphiquement, le jeu est correct, les environnements sont très variés et font énormément référence au cinéma et à la télévision avec l’omniprésence de clins d’oeil à des classiques. En effet, on traversera des niveaux à la looney tunes en costume de Bugs Bunny; d’autres dans une jungle luxuriante en arborant la tenue d’Indiana Jones ou encore des niveaux entièrement dans l’espace équipé d’un scaphandre ressemblant à s’y méprendre à l’armure d’un Stormtrooper tout en dégainant un sabre laser. Impossible donc de ne pas voir l’effort fourni par Crystal Dynamics pour nous immerger dans la peau de personnages emblématiques du septième art. La bande-son renforce d’autant plus cette immersion en s’inspirant allégrement des différentes OST des films précédemment cités, ce qui en fait l’un des points fort du jeu car elles sont toutes excellentes.

Super Gex 64.

Maintenant que le décor est planté, qu’en est-il du gameplay ? Au premier abord, Gex 64 ne se démarque pas vraiment des jeux de plates-formes du début de l’ère de la 3D et se contente de nous proposer un gameplay classique du genre. Un bouton pour sauter, un autre pour frapper, une caméra libre dont on pourra prendre le contrôle via les touches C directionnelles de la manette; simple mais efficace. Cependant, l’originalité du jeu réside dans la verticalité de son gameplay. Explications : Gex est un gecko et peut donc s’accrocher aux murs et aux plafonds sur certaines surfaces prévues à cet effet. Un peu déroutant les premières minutes mais on s’y fait vite et cet aspect devient alors très plaisant. Concernant les ennemis, ceux-ci sont aussi très inspirés et nécessiteront de se creuser un peu la tête pour trouver leur point faible pour les plus élaborés d’entre eux. Point supplémentaire à l’ambiance, ces ennemis collent toujours parfaitement au niveau visité. On affronte des chasseurs aux allures d’Elmer Fudd dans les niveaux Looney Tunes; des ninjas shurikens dans l’environnement asiatique très typé des films de Bruce Lee ou encore des momies et autres morts-vivants dans les niveaux d’horreur baptisés « Scream ». Le passage le plus jouissif est sans doute le niveau sous-marin offrant un monde immense entièrement inondé finissant par une escalade verticale du Titanic.

La progression, quant à elle, reste classique. On collecte des items en évoluant dans les niveaux jusqu’à obtenir une vie à chaque différent palier (30 items puis 40 et enfin 50). Gex peut récupérer de la santé en brisant à l’aide de sa queue des télévisions renfermant un insecte qu’il pourra ensuite manger à tout instant par simple pression sur la gâchette droite. Chaque niveau propose entre 2 et 3 défis, obligeant les joueurs à les refaire à plusieurs reprises en empruntant des chemins différents afin d’obtenir des items servant à déverrouiller les niveaux suivants; exactement comme dans Mario 64 à la différence que Gex semble plus porté sur l’alcool puisqu’il ne ramasse non pas des étoiles mais des bouteilles de spiritueux. Le jeu comporte aussi des niveaux bonus dans lequels il faut collecter un nombre suffisant d’items dans un temps imparti et bien évidemment des boss de fins de niveaux à la difficulté très bien dosée.

Gex 64 : Enter the Gecko n’a pas à rougir de son passage à la 3D car le jeu est une véritable bouffée d’air frais dans le genre de la plates-formes. Un titre difficile à oublier et qui fait partie des meilleurs de la Nintendo 64. Également sorti sur Playstation et sur PC, il est désormais proposé à 4,99€ sur le Playstation Network, une bonne occasion de vous faire votre propre avis et à coup sûr de passer un bon moment !

Note : 16/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s